contactez nous
liens utiles

© 2019 Communauté Saint Martin

Messages de vos prêtres

Topo de don Charles pour les enfants et les jeunes !

90815619_117028409930498_308423788523107

Homélie du Père Dominique pour la solennité de l'Annonciation et pour ses 35 ans de sacerdoce

Article de don Ignace

Cuisine spirituelle

 

 

Dans un billet précédent, nous méditions sur le temps comme succession d’alternances, redécouvrant le sens et l’importance de la sanctification du temps qui passe. En sanctifiant le temps qui passe, en le rapportant à Dieu, donc en le mettant dans la perspective de l’histoire sainte, nous ne le subissons pas mais nous nous l’approprions.

 

Ce faisant, nous avons redécouvert le sens du travail, qui est une dimension essentielle de l’appropriation du temps. Comme nous l’avons relevé, contrairement aux « oiseaux du ciel … que (notre) Père céleste nourrit » (Mt 6, 26), nous ne sommes plus des chasseurs-cueilleurs qui prenons ce que la nature offre : nous sommes des cultivateurs qui transformons la nature pour qu’elle donne la vie à davantage d’êtres qui nous soient utiles et comestibles, tout en diversifiant notre économie pour produire non seulement des aliments mais toute une riche culture qui nous donne les outils sociaux, intellectuels et spirituels pour vivre plus intensément notre amour de Dieu et du prochain : c’est cette culture humaine intégrale qui accueille la Révélation et que la Révélation vient féconder.

 

Le travail qui demeurera toujours, c’est la cuisine ! En effet, nous devons nous alimenter, et en tant qu’humains, nous nous alimentons en société : nous partageons les repas. Or, il n’y a que peu d’aliments que nous puissions mangers tels quels : la plupart doivent être travaillés pour être comestibles. Or, quand c’est bon, ça met de bonne humeur et ça enrichit les relations sociales, à l’instar du vin qui « réjouit le cœur de l’homme » (Ps 104) ou du miel qu’il faut manger « car il est bon, doux à ton palais » (Pr 24). Le vin et le miel, bons fruits de la terre et du travail des abeilles et des hommes, mais aussi tous les aliments que nous travaillons dans nos cuisines. Voilà un travail à domicile vieux comme l’humanité !

 

La cuisine est un travail nécessaire et qui nous humanise d’autant plus ces temps-ci que la charité quotidienne des couples, des familles et des communautés confinées (comme le clergé de Vouvray !) peut être soumise à rude épreuve par un confinement inhabituel. De bons repas aident à mieux supporter une promiscuité plus grande. Soigner la cuisine, la présentation des mets et le décor de la salle à manger sont aussi des éléments importants du langage non-verbal de charité, en particulier pour les plus taiseux ! Ce langage du bon repas n’est-il pas par excellence celui des chrétiens eux-mêmes, comme il est rappelé à chaque réactualisation eucharistique de le Dernière Cène et du Repas pascal ?

 

Certes, beaucoup affirment que leur rythme de vie est tel qu’ils n’ont pas le temps de cuisiner. Ils doivent alors soit manger des aliments crus, comme les fruits (s’ils trouvent le temps de les rincer et de les éplucher, tout de même !), soit acheter des aliments déjà transformés (miel et vin déjà mentionnés ; plats préparés livrés par un prestataire, ou achetés en conserve, congelés ou lyophilisés donc forcément coûteux, souvent sur-emballés et parfois moins sains que ce que les cuisines domestiques produisent). L’actualité peut les amener à reconsidérer le temps qu’ils passent ou qu’ils veulent passer à cuisiner.

 

Il se trouve que le Coronavirus peut entraîner chez certains sujets la perte du goût et de l’odorat : l’existence de ces symptômes fait d’autant plus rendre grâce pour ces deux facultés à ceux qui ne les ont pas perdues ou qui les ont retrouvées. Le goût et l’odorat ne semblent pas importants au quotidien mais permettent d’appréhender davantage ce qui nous entoure et donc de vivre plus intensément.

 

L’organisation de nos journées en ces temps de confinement peut ainsi amener certaines personnes à redécouvrir les joies de la cuisine et des bons repas (dont la qualité peut fort bien s’accorder avec la nécessaire sobriété du carême, que nous n’oublions pas par ailleurs). Nous le faisons en communion spirituelle avec les moines et religieux, qui ont une expérience multiséculaire d’un certain confinement, de l’attention à la règle de vie, aux joies et aux petites attentions de la vie quotidienne, où se vit ordinairement et dans une fidélité édifiante la réponse concrète au commandement « aime ton prochain comme toi-même. »

 

 

Don Ignace +

Aujourd'hui, 25 mars 2020, Solennité de l'Annonciation : 

Semaine 2 : Message du père Dominique - De l'Ascension à la Résurrection

Vos prêtres prient plus en ce moment ... et certainement comme beaucoup d'entre vous, ils profitent de ce temps pour faire les mille et une choses d'une vie quotidienne ! Petit aperçu de notre confinement. 

Article de don Ignace sur la sanctification du temps 

Chers Paroissiens,

 

En ces temps de confinement, l’organisation du travail et la vie des familles se trouvent complètement bouleversées. À l’instar des Hébreux pendant leur traversée du désert ou leur exil à Babylone, nous avons perdu beaucoup de repères. Ce peut être l’occasion de redécouvrir le temps qui passe et qui est fait d’alternances.

 

Dans son œuvre créatrice, Dieu distingue la lumière des ténèbres avant de distinguer la terre des mers et des cieux, les espèces animales entre elles, l’humain du reste de la création, la femme de l’homme. L’alternance des jours et des nuits, l’alternance mois, des saisons et des années rythment non seulement le monde mais encore nos vies personnelles. Notre corps et notre esprit fonctionnent avec une alternance de veille et de repos. Les choses que nous faisons quand nous sommes éveillés fructifient dans notre corps et dans notre esprit pendant notre sommeil. Ça nous rend humbles de nous savoir dépendants de notre sommeil – on ne peut être davantage dans la dé-maîtrise – non seulement pour nous reposer mais encore pour consolider en nous ce que nous faisons quand nous sommes éveillés ! La prière nous aide à vivre ces temps si structurants du lever et du coucher.

 

Nous avons aussi besoin de boire et manger. Or, contrairement aux « oiseaux du ciel … que (notre) Père céleste nourrit », nous devons, nous, « semer et moissonner, conserver dans des greniers » (Mt 6, 26) : notre temps est nécessairement rythmé par le travail, diversifié à mesure de la complexité de nos sociétés contemporaines. Le sain travail des hommes permet le développement d’une civilisation riche, attentive aux plus faibles et à l’accès pour le plus grand nombre à une culture édifiante par les sciences et les arts. La prière de bénédiction du repas nous rappelle la générosité de Dieu qui appelle celle des hommes. Au milieu du jour, une courte prière au moment d’une pause bien méritée peut également nous aider à remettre notre travail (professionnel et familial) dans la perspective de notre vocation d’être « lumière du monde » et « sel de la terre » (Mt 5, 13).

 

Tout ce que nous faisons, nous le faisons en ces temps qui sont les derniers et dans un monde qui passe, parce que nous attendons l’avènement définitif du Christ Jésus et, avec lui, le plein accomplissement de toutes choses et de nos propres vies. Ce temps alternera avec un autre, qui a cependant déjà commencé avec l’Incarnation et avec notre baptême. Ainsi, dans cette attente, nous célébrons au cours de l’année l’alternance des différents temps liturgiques, qui nous fait puiser dans les mystères de la foi l’espérance en cette vie et la force d’aimer comme le Christ.

 

Quelles que soient sur nos journées et nos semaines les conséquences – qui peuvent être graves – du virus et des mesures prises pour en limiter la propagation, sachons habiter ces alternances ; autrement dit : soyons attentifs à Dieu qui les habite. Aucun instant de nos vies n’est indifférent à Dieu et chacun est l’occasion de choisir la vie.

 

Le temps passe : par la prière, nous nous l’approprions en l’appropriant à Dieu.

 

Ignace+

Bonne fête de saint Joseph ! 

Chers amis, 

Chers paroissiens, 

 

Nous voudrions vous communiquer plusieurs informations concernant notre vie paroissiale. Nous avons à cœur de poursuivre notre chemin avec le Christ, en communauté et d'une manière particulière pendant ce temps de carême. 

Nous voudrions vous informer de deux choses en particulier : 

 

La communication en ce temps de confinement 

  • Site internet : 

Nous vous invitons à vous rendre régulièrement sur le site internet de la paroisse (www.saintmartinsaintvincent.fr), sur lequel vous pourrez suivre quelques enseignements vidéos ou textes de vos prêtres. Nous essayerons de relayer sur le site quelques belles initiatives à vivre en ce temps de confinement. Si vous n'êtes pas inscrits sur la newsletter, n'hésitez pas à vous inscrire sur le site internet et à faire connaître le site, la page Facebook autour de vous. 

  • Facebook

Depuis ce matin, la paroisse a une page Facebook à laquelle vous pouvez vous abonner. Vous y trouverez les mêmes contenus que sur le site, mais vous avez la possibilité de réagir les uns avec les autres. Vous pourrez aussi suivre votre messe paroissiale en live sur Facebook dimanche à 11h. 

https://www.facebook.com/paroisse.stmartinstvincent.5  

  • Téléphone et autres initiatives

Nous vous invitons à prendre des nouvelles de vos voisins et des personnes seules que vous connaissez dans votre entourage. Vous pouvez déposer dans les boîtes aux lettres des personnes de votre quartier des propositions de service ou de prière par exemple. Certains ont continué les petits groupes de carême par les réseaux sociaux... 

 

Vie de prière et chemin de carême  

  • Le rythme de vos prêtres 

Vos prêtres aussi sont confinés au presbytère de Vouvray. Néanmoins si cela est nécessaire, nous irons porter la communion aux personnes malades et isolées qui le demandent. 

Nous voudrions vous informer des moments de prières que nous allons prendre en union avec vous et pour vous, afin que vous puissiez vous y unir. Vous ne pourrez pas vous y associer physiquement, mais bien spirituellement.

  • Dimanche 

    • Nous prierons les laudes à 8h30 et nous célébrerons (en live facebook) la messe à 11h. 

    • Nous aurons les vêpres et adoration à 17h

  • Du lundi au vendredi : 

    • Le matin à 8h00 nous prierons les laudes et puis l'oraison

    • Le soir à 18h00, nous aurons l'adoration, et à 18h30, la messe puis les vêpres. 

    • Les vendredis, nous prierons le chemin de croix à 15h.

  • Samedi : 

    • Messe à 9h30 

    • Vêpres et adoration à 18h 

Vous avez toujours la possibilité d'offrir des intentions de messe pour vous y unir d'une manière particulière.

  • Votre vie de prière 

Nous vous encourageons à rythmer votre prière familiale (prière du matin, bénédicités, prière du soir). Très bientôt, vous trouverez un enseignement de l'un de vos prêtres sur ce sujet. 

Vous trouverez aussi sur le site (dans la rubrique adoration) une explication de la communion spirituelle ainsi qu'une belle prière écrite par Mgr Centène. 

  • Formation et vie paroissiale 

Nous continuerons à enseigner à travers des petites vidéos, textes ... relayés sur les différents moyens de communication. 

Nous avons beaucoup d'inconnu devant nous mais notre unique certitude, c'est que le Seigneur nous renouvellera profondément dans cette épreuve. C'est notre espérance et nous voulons vraiment vous la partager. 


Avec l'assurance de notre prière, en particulier à l'autel, 

L'équipe sacerdotale

PS : Nous avons en ce moment au presbytère des difficultés de réseau internet et téléphone... ce qui ne nous arrange pas en cette période... N'hésitez pas à contacter vos prêtres sur leur téléphone portable. 

Père Dominique - 06 79 73 64 88 

Don Ignace - 07 86 10 65 24 

Don Maxence - 06 66 27 45 79 

Don Charles - 06 40 52 87 13